Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / Direction 


fontsizedown
fontsizeup

DIRECTION d’école : pétition contre la proposition de loi !

mardi 23 juin 2020

La proposition de loi créant un emploi fonctionnel de directeur-directrice d’école est actuellement étudiée à l’assemblée nationale. Le SNUipp-FSU, la CGT, Sud et FO s’y opposent et en dénoncent le risque. En voici les raisons...

En pleine crise sanitaire, une proposition de loi créant un emploi fonctionnel de directeur-directrice d’école est actuellement étudiée à l’assemblée nationale. Elle viserait à modifier en profondeur le rôle et les missions du directeur-directrice et donc le fonctionnement de l’école.

Cette proposition de loi dessine une école verticale, à l’opposé du fonctionnement démocratique défendu par le SNUipp-FSU.

Les organisations syndicales SNUipp-FSU, CGT, Sud et FO, lancent une pétition en ligne pour rappeler qu’il n’est nul besoin de cette proposition de loi, nul besoin d’un emploi fonctionnel pour répondre aux revendications des personnels sur la direction et le fonctionnement de l’école. Signer la pétition

Le-la directeur-directrice disposerait désormais en effet d’un emploi fonctionnel, porteur d’incertitudes et de dangers. La proposition de loi ne permettrait pas de répondre aux préoccupations, amplifiées dans le contexte de crise sanitaire.

En dépit des modifications du projet annoncées pour l’instant par les député-e-s suite à nos interventions concernant certaines dispositions du texte (dont la mobilité contrainte, la “feuille de route” et le lien hiérarchique), nos organisations syndicales ne peuvent cautionner cette proposition soumise au parlement.

En effet :

- Le-la directeur-directrice deviendrait délégataire de l’autorité académique et serait donc amené-e à prendre des décisions qui relèvent de l’autorité hiérarchique

- Il-elle aurait de plus en plus de prérogatives, au dépens du conseil des maîtres

- Il-elle sera soumis-e à davantage de pressions hiérarchiques, via des objectifs à atteindre et à faire appliquer dans l’école

- L’augmentation des temps de décharge laisse de côté les écoles de moins de 8 classes, et s’accompagne de missions supplémentaires en contrepartie.

Les organisations syndicales signataire n’acceptent pas le bouleversement du fonctionnement des écoles que provoquerait cette proposition de loi ! Nul besoin de cette loi pour répondre aux revendications des personnels. Le ministère peut et doit répondre immédiatement sur :
- l’augmentation des quotités de décharge de tou-te-s les directeurs-directrices, dans l’intérêt du fonctionnement des écoles et de tous les personnels qui y travaillent collectivement
- une augmentation significative de la rémunération des directeurs et directrices, comme des autres personnels
- une aide administrative statutaire et gérée par l’Education nationale dans toutes les écoles
- un réel allègement des tâches des directions d’école


Lire aussi :
- Notre article présentant le projet de loi
- Les préconisations du Sénat

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |