Retour accueil

Vous êtes actuellement : CARTE SCOLAIRE  / L’école dans la Manche 


fontsizedown
fontsizeup

Avenir des écoles manchoises : FUSIONS en vue !

jeudi 26 avril 2018

Le DASEN nous a accordé une audience vendredi 20 avril au sujet des fusions d’écoles passées ou à venir. La façon actuelle de faire ne nous semblant pas toujours satisfaisante...

Certes, la mutualisation des moyens, du matériel, des projets, le fait de favoriser la liaison entre deux cycles, de multiplier les possibilités en terme d’échange de service sont des avantages non négligeables. Cependant, certaines situations ont généré des inquiétudes légitimes au sein des équipes enseignantes.

Les fusions suivantes ont été actées pour l’an prochain :
- Equeudreville Le Corre-Ferry
- Equeudreville Les Avoynes – Macé
- Perriers Mat-Elem
- St Lô Aurore-Verne
- Quettetot-Le Vrétot

Le DASEN, M.Lhuissier, nous a confirmé que l’année de la fusion, aucune fermeture de classe ne peut avoir lieu, sauf si les effectifs sont vraiment très faibles. C’est sa propre volonté : dans d’autres départements ou avec un autre DASEN, il pourrait très bien en être autrement...

D’autres fusions sont à venir dans des écoles du département pour s’adapter aux nouvelles communes ou à la baisse démographique. Pour l’instant, les élus semblent attendre les élections municipales, mais cela pourrait fortement bouger par la suite. Avec des fermetures d’écoles à la clé.
Le DASEN nous a confirmé la volonté de la DSDEN de créer de gros groupes scolaires autour des grandes villes pour lutter contre les inscriptions dans les écoles privées. Dans les zones rurales, il souhaite également diminuer le nombre de petites écoles pour renforcer les écoles de tailles plus importantes.

Nous avons dénoncé, dans les fusions actuelles :
- un manque d’informations données aux différentes parties (des projets de fusion ont circulé dans la presse avant que les parties concernées n’en soient informées)
- des informations fausses ont été parfois données par les mairies et les IEN aux familles ou aux enseignants (avec une incidence lors du vote des conseils d’école)
- le flou entre fusion d’école et fusion administrative
- un manque de concertation et de dialogue (voire parfois des réprimandes de la part d’IEN quant aux votes des collègues faits en conseils d’école)
- un manque de temps (fusion envisagée 2 semaines avant le CTSD et présentée aux parents et aux enseignants la veille des Conseils d’écoles)

LE CALENDRIER

Concernant le calendrier précipité, le DASEN a convenu que certaines communes s’y prenaient de façon trop tardive pour décider de fusionner leurs écoles. Cette décision est souvent liée à la menace d’une fermeture de classe, et donc artificiellement liée aux CTSD ou CDEN de Carte Scolaire.
Il s’engage donc à mettre en place un calendrier qui déconnectera les fusions des fermetures de classes et obligera les communes à présenter leurs projets dès l’automne et à engager leurs concertations bien en amont.

LA FUSION ADMINISTRATIVE

La "fusion administrative", présentée dans quelques cas n’est pas légalement différente d’une fusion d’écoles. Le DASEN la voit comme une fusion temporaire de la direction de l’école pour préparer à moyen terme (1 an ou 2) le regroupement de deux écoles en une seule. Une nouvelle répartition des élèves ne serait donc pas possible durant ce laps de temps : chaque élève resterait dans son ancienne entité en attendant la finalisation du projet.
Les communes en question peuvent très bien décider de garder leurs anciens secteurs scolaires et donc de ne pas mélanger des élèves du même âge.
Nous avons dénoncé cette pratique car nous craignons que cette façon de faire ne rogne sur les prérogatives du Conseil des maîtres quant à la répartition des élèves et donne tout pouvoir aux mairies. La nouvelle structure pédagogique ainsi créée conduit finalement à une simple juxtaposition de deux écoles qui n’améliore aucunement les conditions d’enseignements.Des situations ubuesques pour la rentrée prochaine sont déjà à craindre avec les élèves pour victimes.
Le DASEN reconnaît que cette pratique de « fusion administrative » ne doit pas se généraliser. Les fusions d’écoles et les conventions ruralités sont à privilégier afin de garantir un cadre permettant à toutes les parties d’avoir une vue d’ensemble sur les projets envisagés .

Les délégués du personnel du SNUipp-FSU tiennent au respect du cadre paritaire et à la transparence qu’il garantit. Les entretiens avec les mairies ne sauraient se substituer à un groupe de travail paritaire, dans les règles. Nous avons rappelé notre volonté d’être informés en amont de tous les projets de fusion et de convention ruralité pour pouvoir, avec les personnels concernés, peser tous les enjeux.

N’hésitez pas à nous contacter dès que votre école est concernée par le moindre projet de fusion ou de convention ruralité.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |