Vous êtes actuellement : CARRIERE  / Salaires & indemnités  / Promotions 


fontsizedown
fontsizeup

CAPD : résultats (promotions, départs formation CAPPEI...)

vendredi 23 février 2018

La CAPD sur les promotions s’est (enfin !) tenue le 23 février. A l’ordre du jour également, les retenus aux départ en formation CAPPEI pour 2017/2018, et des questions diverses...

La déclaration du SNUipp-FSU, lue en introduction de cette CAPD :

PDF - 45.3 ko
déclaration SNUipp-FSU

PROMOTIONS

Cette CAPD, qui d’habitude se tient à l’automne, n’a pu se tenir cette année qu’en février, l’administration n’ayant pas reçu le feu vert du ministère avant. La CAPD a traité des promotions entre le 1er septembre 2017 et le 31 août 2018. Pour ceux qui sont promus entre le 1er septembre 2017 et aujourd’hui, cette promotion sera rétroactive.

Pour plus d’informations sur le nouveau système de promotions, voir notre site spécial e-promotions.

Changements d’échelons à la classe normale :

Voir, en pièce jointe de notre Pluriel en ligne, la liste des promu-e-s.

Les passages d’échelon se font maintenant de manière automatique, tous au même rythme, sauf pour les passages aux 7è et 9è échelon, pour lesquels une accélération d’un an est donnée à 30 % des promouvables. Cette année est une année de transition, pour laquelle la note est encore utilisée dans le barème. L’appréciation liée aux rendez-vous de carrière sera utilisée seulement à partir des promotions de l’année prochaine. Le barème utilisé cette année reste donc le même que les années précédentes : AGS (Ancienneté Générale des Services) + 2 fois la note + éventuel correctif sur retard de note (0,5 point si retard de 4 ans, 0,75 si retard de 5 ans, 1 si retard de 6 ans) (la date à laquelle ce retard est calculé est le 31/8/2018)

Barème des derniers PE promus par échelon en 2017 / 2018 (passages aux échelons 7 et 9) :

Echelon accéléré
Échelon 7 37,983
Échelon 9 48,667

Changements d’échelons au sein de la hors-classe :

Là aussi (comme avant la réforme) les passages d’échelon se font automatiquement, au même rythme pour tous. Voir en pièce jointe de notre Pluriel en ligne, la liste des promu-e-s.

Le passage de la classe normale à la hors-classe (au 1/9/2018) sera traité, comme d’habitude, en fin d’année scolaire.

Passage à la classe exceptionnelle :

Voir en pièce jointe de notre Pluriel en ligne la liste des promu-e-s.

29 personnes ont été promues à ce nouveau grade :
- 24 pour le premier vivier (étaient promouvables : tous les personnels au moins au 3è échelon de la hors-classe et justifiant d’au moins 8 ans en éducation prioritaire, ou direction, direction SEGPA, conseiller pédagogique, PEMF, référent handicap, chargé de classe unique)
- 5 pour le second vivier (étaient promouvables : tous les personnels au 6è échelon de la hors-classe)

Parmi ces promus, 12 avaient une appréciation « excellent », 17 une appréciation « très satisfaisant ».

76 personnes étaient promouvables pour le 1er vivier, 12 pour le second vivier.

Nous avons dénoncé la création de ce nouveau grade, très élitiste, qui ne fera que diviser les personnels et créer des incompréhensions. Les collègues adjoint-e-s n’y sont nullement valorisé-e-s. Voir notre déclaration préalable.

Equité femmes-hommes :

La réforme des promotions avait acté la nécessité de tenir compte de la répartition femmes / hommes parmi les promouvables, pour les nouvelles promotions. En effet, les femmes, jusqu’à présent, sont particulièrement désavantagées, du fait des congés maternité, des congés parentaux, ou encore des fonctions occupées. Nous avons donc demandé à ce que cette équité soit effective dès cette année : pour les 30 % de promu-e-s aux 7è et 9è échelons de la classe normale, et pour le passage à la classe exceptionnelle.

L’administration en a tenu compte pour le passage à la classe exceptionnelle (31 promouvables hommes, 12 promus / 49 promouvables femmes, 17 promues), mais pas pour l’accélération aux 7è et 9è échelons classe normale, le prétexte étant que les textes précis du ministère sur ce point ne sont pas encore parus… Nous n’acceptons pas une telle impréparation, montrant le peu d’intérêt accordé par l’administration à cette question d’égalité femmes-hommes. Les promotions de l’an prochain devraient en tenir compte, en revanche.

L’administration n’a pas su répondre à la question suivante : une collègue en congé maternité cette année aura-t-elle quand même un rendez-vous de carrière si elle était dans les personnels concernés ?


Chaque collègue peut accéder librement au dossier E-Promo afin de savoir s’il est promu ou non, muni de son code SNUipp-FSU qu’il a reçu par mail (pour les collègues dont nous avons le mail) : e-promo

Pour les autres collègues, nous pouvons leur donner leur code s’ils nous le demandent sur ce même lien.


DEPARTS FORMATION CAPPEI

Le DASEN a annoncé vouloir faire partir 10 enseignants en formation CAPPEI pour la rentrée 2018, dont 1 pour l’ex-option B (déficients visuels). Cependant, il y a eu seulement 7 candidats pour l’ex-option D (ULIS / IME) et 3 candidats pour l’ex-option B. Il n’y aura donc que 8 départs, sauf si d’autres personnes se portent candidates rapidement (dans l’ex-option D). Voir la liste des retenu-e-s en pièce jointe de notre Pluriel en ligne. Les départs en formation sont soumis au fait d’obtenir un poste correspondant au mouvement.

Par ailleurs, le DASEN nous a précisé que le ministère a donné des consignes récentes concernant le mouvement : les options (CAPA-SH ou CAPPEI), dès cette année, ne seront plus prises en compte (*) pour différencier les personnels pour les affectations (priorités…). Nous dénonçons cette mesure qui ne permet pas de valoriser la professionnalité liée à chaque option. Nous demandons aussi que les personnels affectés sur un poste qui ne correspond pas à leur spécialisation puissent suivre les formations correspondant au module complémentaire. L’administration n’a pas pu nous confirmer que ce sera possible dans les faits… (*) sauf pour les ex-options A et B

QUESTIONS DIVERSES

- Nous avons pointé plusieurs dysfonctionnements dont les écoles nous informent concernant les remplacements, notamment en cette dernière période : personne non remplacée alors qu’il y avait un remplaçant disponible, remplaçant partant de leur école alors qu’il y avait une personne à y remplacer, remplaçant arrivant dans une école où le remplaçant rattaché était disponible… L’administration s’étonne de ces situations, et nous affirme que si elles existent, elles sont exceptionnelles. Elle nous garantit aussi la bonne communication entre les circonscriptions et le service départemental de gestion des remplaçants. Espérons donc que ces couacs ne restent que des exceptions !!

Nous avons par ailleurs pointé le fait que les enseignants en SEGPA sont très rarement remplacés, contrairement à par le passé. L’administration assume le fait qu’ils ne soient pas prioritaires pour les remplacements, car, au même titre que pour les profs du second degré, les élèves peuvent être surveillés même sans enseignant. Nous dénonçons cet état de fait, qui oublie que les élèves de SEGPA ont droit eux aussi à avoir leurs cours même quand leur enseignant est absent !

Enfin, les stages syndicaux que nous organisons sont mis à mal par le fait que les inscrits sont rarement remplacés. Où est donc le droit à l’information syndicale, quand rien n’est fait pour faciliter ce droit ?

- La nouvelle carte des circonscriptions s’accompagnera de changements d’affectations de certains personnels, notamment RASED. Ils seront contactés individuellement pour connaître les conditions du mouvement les concernant.

- les personnels ERUN recevront bien l’IMP (indemnité) d’ici peut, à moitié puisqu’ils sont à mi-temps sur ces missions. Rappelons qu’ils ne touchent l’ISAE qu’à moitié...

Vos élu-e-s SNUipp-FSU en CAPD :
Dominique Poudret, Anne Mahieu, Damien Pierrard, Valérie Brothelande